Cher compatriotes universel, notre culture paysanne, la première de toutes, encore portée par tous .


Vous avez ouvert Goul o Goul, votre Mergued, votre terroir, votre bled.

IL est mourant, il a besoin de vous, pour le retrouver en vie demain.

Votre soutient, ni en euro ni en dollars,

Un clic d amour suffit, pour forcer le respect et l intérêt.

Réagir forger l action l équité au Douar qui soufre en silence un siècle durant, et encore .

témoignage de chercheur expert, pour l histoire.

samedi 3 décembre 2011

JE SUIS NE A BOUJAAD


au fond la maison harroun 

En 1948, la tempête de la 2ème guerre venait à peine de se calmer ; cette année là, je suis né à Bejaâd.
Un milieu rude, de la roche calcaire où prospère une seule culture, celle de la méditation divine.
D’ ailleurs, toutes les richesses sont confinées à la limite du territoire : Phosphate à Oued Zem, l’eau d’Oued Oum Rabiî à Tadla et les terres fertiles à Béni Aamir.
Le soufi Bouabid Acharqui ne s’est pas trompé à y trouver le meilleur lieu pour parfaire sa vision à caractère pragmatique.
BOUJAAD 
    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire